FrontalierPrêt en devisePrêt en eurosRachat de créditRe-négociation de prêt en devises

La baisse du franc suisse est en général plutôt redoutée par les frontaliers car elle est synonyme de baisse de pouvoir d’achat. Par contre, cette baisse peut s’avérer être une opportunité pour les investisseurs ayant contracté un prêt en devise et souhaitant re-négocier leur crédit.

En effet, lorsque le franc suisse a pris de la valeur par rapport à l’euro, le risque en cas de re-négociation est que le capital restant dû s’avère être supérieur à la valeur initiale du bien. Dans le cas inverse (si le franc suisse a baissé par rapport à l’euro), une opportunité de rachat de crédit s’offre à vous.

Exemple avec un franc suisse qui devient plus fort :
Vous avez emprunté pour acheter un bien de 400 000 € avec un taux de change de 1.2 (soit un emprunt de 480 000 CHF). Au moment de la re-négociation, le taux de change est passé à 1 euro pour 1 franc suisse (autrement dit la parité) : votre dette, convertie par votre banquier avec le taux de change actuel, passe donc à 480 000 €, soit 80 000 € de plus que la valeur initiale de votre bien. Sachant que le montant du prêt ne devrait en général pas dépasser 90% du prix d’acquisition, la banque refusera de re-négocier votre crédit.

Exemple avec un franc suisse qui devient plus faible :
Vous avez emprunté au moment de la parité euro-franc suisse et vous avez acheté un bien de 400 000 € en contractant une dette de 400 000 CHF. Maintenant que le taux de change est passé à 1.14, votre dette sera convertie par votre banquier à 349 161 € ! Votre dette s’est donc allégée de 50 839 € et vous pouvez donc re-négocier votre crédit sans problème.

Vous êtes intéressé par un rachat de votre crédit ? Contactez-nous pour effectuer des simulations et bénéficier d’un conseil personnalisé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires